• A&A

Des bronziers en or!

Mis à jour : 15 avr. 2019

TOUT, absolument TOUT peut être réalisé avec du bronze... Voilà ce que nous retiendrons de notre visite de la coopérative des bronziers du centre artisanal de Grand-Bassam. Pas moins de 18 artisans bronziers y réalisent des pièces de multiples tailles et formes, répondant ainsi à des commandes venues de toute la Côte d'Ivoire. La technique utilisée est celle dite "de la cire perdue", un procédé très ancien, utilisé dans de nombreux royaumes côtiers de l'Afrique de l'Ouest, du Libéria au Ghana, et retransmis en Côte d'Ivoire par la diaspora Baoulé. Suivons Grégoire et Alexis, pour une petite démonstration...


Grégoire (à gauche) et Alexis (à droite), artisans bronziers à Grand-Bassam

Tout commence avec la cire d'abeille que les artisans bronziers utilisent pour façonner un modèle. Cette première étape est cruciale et doit être réalisée très minutieusement. Chaque détail compte. En effet, l'objet en bronze que l'on obtiendra à l'issue du processus sera identique à sa copie en cire.



Du bijoux délicat à l'oeuvre monumentale, il n'y a pas de limite à la créativité: le bronze permet toutes les folies ! Pour preuve cette gigantesque tête sculptée qui servira à décorer le fronton d'un bâtiment à Yamoussoukro.


Une fois sculptée, et refroidie dans l'eau, la cire est enrobée de glaise puis d'argile. Ce moule en terre doit épouser l'empreinte laissée par l'objet en cire. Une tige - en cire également - est ajoutée pour former un petit conduit d'évacuation. C'est par ce conduit que la cire fondue s'écoulera pour laisser la place au bronze. Le moule est enfin prêt.


Un grand feu est alimenté toute la journée. On y dépose les moules en terre en prenant soin de placer le trou vers le bas, pour permettre à la cire de s'évacuer par le petit conduit créé à cet effet. En s'écoulant du moule, la cire laisse une empreinte en creux. Le moule est alors rempli de bronze en fusion, qui épouse parfaitement l'empreinte laissée par la cire.


Une fois sorti du feu, le moule est refroidi, puis cassé pour laisser place à l'objet - unique - en bronze. Vient alors l'étape du polissage et des finitions, pour lui donner tout son lustre et son brillant. Le bronze est terminé.


On dispose de très peu d'informations permettant de dater ou de situer l'origine de cette technique très ancienne. On sait toutefois qu'elle était utilisée dans les anciens royaumes du Ghana ou encore le royaume Mossi (l'actuel Burkina Faso). Les diasporas successives ont transmis leur savoir aux artisans ivoiriens. En Côte d'Ivoire, c'est surtout le peuple Baoulé qui excelle dans cette pratique (notamment pour la fabrication des fameux poids baoulés).

La connaissance du métier perdure et comme vous pouvez le constater, le travail du bronze repose davantage sur un savoir-faire ancestral que sur la technologie des outils utilisés !


Contacts:

Pour joindre la coopérative des bronziers au Centre artisanal de Grand-Bassam, contactez Alexis: +225 07 52 64 55 ou Grégoire Kouame (Président de la coopérative): +225 05 38 64 32


©2018 by Artistes & Artisans. Proudly created with Wix.com